Scoliose : la chirurgie comme ultime recours

La scoliose est une déformation de la colonne vertébrale. La prise en charge médicale peut prévoir le port d’un corset et de semelles orthopédiques. Dans certains cas, si la courbure est sévère – angle de Cobb à plus de 50 degrés – une opération chirurgicale peut être nécessaire pour corriger une scoliose.

Angle de Cobb : pour estimer la gravité d’une scoliose

La scoliose est une déformation de la colonne vertébrale qui provoque un déséquilibre global du corps et peut entraîner des maux de dos. On distingue l’attitude scoliotique liée à de mauvaises postures et la scoliose congénitale.

La scoliose d’origine idiopathique est souvent dépistée par la médecine scolaire lors de l’entrée à l’école primaire. Un suivi médical est indispensable pour les enfants souffrant de scoliose. En effet, la croissance risque d’aggraver fortement la courbure de la colonne. Pour surveiller l’évolution de la maladie, une série d’examens est réalisée régulièrement au cours de l’enfance et de l’adolescence. Les radiographies permettent de constater le niveau de gravité de la scoliose et son évolution, afin d’établir un protocole de soin adapté.

Les médecins mesurent le niveau de gravité de la scoliose via un angle particulier, appelé angle de Cobb et exprimé en degrés. Sur une vue du rachis de face, il permet d’estimer la déviation de la colonne par rapport à l’axe de référence. C’est le critère d’évaluation de la scoliose.

L’évaluation de l’angle de Cobb se détaille comme suit :

  • En dessous de 10 degrés : scoliose bénigne
  • Entre 15 et 35 degrés : scoliose orthopédique
  • Entre 35 et 50 degrés : scoliose importante
  • Au-dessus de 50 degrés : scoliose très importante

Le traitement de la scoliose est déterminé en fonction du degré de l’angle de Cobb. Pour les scolioses dites orthopédiques et les scolioses importantes, le port d’un corset et des semelles orthopédiques peuvent être prescrits. Durant la croissance, le corset va permettre de ralentir la progression de la scoliose. Des séances de kinésithérapie et la pratique d’une activité sportive adaptée sont recommandées pour toutes les personnes souffrant de scoliose.

L’opération : réservée aux cas les plus graves

La forme sévère de scoliose – au-dessus de 50 degrés de l’angle de Cobb – peut nécessiter une intervention chirurgicale. En effet, une déformation du dos si importante est handicapante au quotidien et peut provoquer des douleurs chroniques type lombalgies. En plus d’être inesthétique, une scoliose sévère peut avoir un impact sur les fonctions respiratoires. Dans ces cas les plus extrêmes, une opération chirurgicale peut être envisagée.

Avant de préconiser une opération aussi lourde, les médecins prennent en considération plusieurs paramètres. Quand est-ce que la scoliose a été dépistée ? La personne touchée par la scoliose ressent-elle des douleurs au niveau du dos ? Quel âge a le patient ? A-t-elle porté un corset ou des semelles orthopédiques ? La scoliose continue-t-elle de s’aggraver ?

Cette opération appelée arthrodèse vertébrale n’est pas anodine. Elle consiste à réaligner la colonne en fusionnant les vertèbres incurvées. Cette fusion du rachis est efficace pour corriger la courbure, même si le procédé de « blocage » va à l’encontre même de la flexibilité naturelle de la colonne vertébrale. En cas d’intervention chirurgicale, des précautions spécifiques sont indispensables en phase postopératoire.